Suivez nos projets
Alamanga Reforestation

Lexique

 

A

----------------------------

Abattage à impact réduit :

Exploitation intensive planifiée et contrôlée avec soin pour réduire au minimum l’impact de l’abattage sur les sols et parcelles de fôrets restantes, habituellement en sélectionnant les arbres à abattre un par un.

Agroforesterie (Système d’):

Systèmes mixtes associant les cultures et les arbres et procurant du bois, des produits non ligneux, des denrées alimentaires, du combustible, du fourrage et un abri (Chopra et al.2005).

Apiculture :

L'apiculture, branche de l’agriculture, qui consiste à l’élevage d’abeilles à miel pour exploiter les produits de la ruche.

 

B

----------------------------

Biodiversité :

La biodiversité est l’ensemble de toutes les espèces animales et végétales, ainsi que tous les écosystèmes évoluant sur la Terre.

Bois d'œuvre :

Le bois d'œuvre est la partie du tronc ou des branches, comprise entre la section de base (souche) et la découpe dite marchande. On l’utilise pour la construction de charpentes de maisons et pour la fabrication d'une multitude d'autres produits, souvent reliés à la construction et à la rénovation résidentielles.

Bois de chauffe :

Le bois de chauffe (ou bois de feu ou bois à brûler ou bois de chauffage) désigne le bois non traité (comme les branches, les rondins, les copeaux, la sciure et les granulés) utilisé pour la production d’énergie.

Boisement :

Le boisement est défini suivant le Protocole de Kyoto comme la conversion directe par l’action humaine de terres non forestières en terres forestières permanentes (pour une période d’au moins 50 ans) (Angelsen 2008).

 

C

----------------------------

Changement climatique :

Modification de la moyenne des paramètres météorologiques qui définissent le climat ou sa variabilité. Ces paramètres incluent la température, les précipitations et la vitesse du vent.

Conférence des Parties (COP) :

Instance de décision composée des parties qui ont ratifié la CCNUCC.

 

D

----------------------------

Déforestation :

On décrit la déforestation comme la conversion à longue échéance ou de façon permanente de terres forestières en terres non forestières.

Dans une annexe à la décision prise par la Conférence des Parties (COP) de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques agissant comme réunion des Parties au Protocole de Kyoto, la déforestation est définie comme « la conversion anthropique directe de terres forestières en non forestières ».

La FAO définit la déforestation comme « la conversion de la forêt à une autre affectation ou à la réduction de longue durée du couvert du houppier au-dessous du seuil minimum de 10 pour cent ».

Développement durable :

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

  1. Le développement est un processus conduisant à l'amélioration du bien-être des humains. L'activité économique et le bien-être matériel demeurent essentiels mais la santé, l'éducation, la préservation de l'environnement, l'intégrité culturelle par exemple le sont tout autant.
  2. L'adjectif durable insiste sur la notion de temps c'est-à-dire pour une amélioration sur le long terme du bien-être de tous.

Le développement durable est conçu comme une rupture avec d'autres modes de développement qui ont conduit, et conduisent encore, à des dégâts sociaux et écologiques considérables, tant au niveau mondial que local.

Pour être durable, le développement doit concilier trois éléments majeurs : l'équité sociale, la préservation de l'environnement et l'efficacité économique. Enfin, un projet de développement durable s'appuie nécessairement sur un mode de concertation plus abouti entre la collectivité et ses membres. La réussite d'une politique passe ainsi par le respect d'exigences de transparence et de participation des citoyens.

Dioxyde de carbone :

Un gaz naturellement présent dans l’atmosphère. Ce gaz est un produit dérivé de la combustion lors de la décomposition ou de la combustion de combustibles fossiles et la biomasse. Le dioxyde de carbone peut également être émis lors de modifications de l’usage de la terre et lors des processus industriels.

Durabilité :

Caractéristique ou état permettant de satisfaire les besoins de la population actuelle et locale sans compromettre la capacité des générations ou populations futures dans d’autres localités à satisfaire leurs besoins (Chopra et al.2005).

 

E

----------------------------

Economie sociale et solidaire :

Ensemble des activités visant à expérimenter de nouveaux « modèles » de fonctionnement de l'économie, tels le commerce équitable ou l'insertion par l'activité économique.

On entend par cela les activités économiques productrices de biens ou de services, exercées par des sociétés, principalement coopératives et/ou à finalité sociale, des associations, des mutuelles ou des fondations, dont l’éthique se traduit par les principes suivants :

  1. finalité de service à la collectivité ou aux membres, plutôt que finalité de profit ;
  2. autonomie de gestion ;
  3. gestion démocratique et participative ;
  4. primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus.
Ecosystème :

Communauté d’organismes et leur environnement physique.

Effet de serre :

Lorsque des gaz comme le dioxyde de carbone empêchent l’énergie générée par le soleil et renvoyée par la planète sous forme de chaleur, de s’échapper de l’atmosphère de la terre.

Endémisme :

Se dit d'une espèce indigène et autochtone et qui n'existe que dans une zone géographique donnée, c'est à dire une espèce dont l'aire de répartition est nettement délimitée et caractérise une région.

Entreprenariat social :

Au sens large, l'entrepreneuriat social désigne toute initiative privée dont la finalité sociale (réponse à un besoin social) est supérieure ou égale à la finalité économique (lucrativité). Selon la définition du Mouvement des entrepreneurs sociaux, "les entreprises sociales sont des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance."

Entrepreneur social :

Les entrepreneurs sociaux sont des individus qui portent des solutions innovantes à des problèmes pressants de la société. Ils identifient des approches innovantes pour résoudre des problèmes qui apparaissaient souvent comme insolubles. Les entrepreneurs ont ou développent la capacité à apporter des solutions concrètes, et à concilier l’approche économique avec des objectifs sociaux.

Entreprise sociale :

Les entreprises sociales sont des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance. 

Elles ont pour objectifs :

  • Finalité sociale, sociétale ou environnementale ou territoriale inscrite dans l’objet social de l’entreprise et dans le pacte d’actionnaire (s’il existe)
  • Création d’emplois

Et comme moyens, elles utilisent :

  • Initiative privée
  • Production de biens et/ou de services
  • Recherche d’implication d’une ou plusieurs parties prenantes dans la gouvernance
  • Rémunération limitée des apports en fonds propres
  • Excédents majoritairement réinvestis dans le projet
  • Encadrement de l’échelle des salaires (facteur 3 à facteur 10 en fonction du nombre de salariés)
Espèces à croissance rapide :

Les espèces à croissance rapide sont considérés comme ceux qui sont capables d'un accroissement annuel moyen d'au moins 10 mètres cubes par hectare dans des conditions favorables du site et en fournissant des techniques appropriées sont utilisées pour la préparation du sol et pour la mise en place, les soins et les soins culturaux des plantations.

Espèces édificatrices :

Espèce contribuant à fixer un substrat à l’origine mobile en piégeant des éléments meubles. Ces éléments se rencontrent dans les milieux instables où s’exercent de fortes actions mécaniques (dunes, éboulis, …).

Espèces natives :

Les espèces natives sont les espèces originaires  d’une région ou d’un pays donné.

Espèces nomades :

Ces sont les espèces qui se déplacent en fonction du milieu climatique et du sol.

Espèces pionnières :

Les espèces pionnières sont des espèces capables de coloniser un milieu instable, très pauvre en matière organique et aux conditions édaphiques et climatiques difficiles : sol très fin ou inexistant, absence d’eau, forte chaleur, etc.

Espèces précieuses :

Ce sont les espèces dont l’appellation « précieuse » fait référence à leurs propriétés, à leur rareté et à leur prix.

 

F

----------------------------

Femme entrepreneur :

Une entrepreneure est une femme qui, seule ou avec des partenaires a fondé, acheté ou accepté en héritage une entreprise, qui en assume les responsabilités financières, administratives et sociales et qui participe à sa gestion courante (Dina Lavoie, 1988).

Forêt plantée :

Terre boisée où ont été installés des peuplements d’arbres par plantation ou ensemencement.

Forêt primaire :

Terre boisée d’espèces indigènes sans aucune trace d’activité humaine et où les processus écologiques ne sont pas perturbés.

 

H

----------------------------

Hectare :

L’Hectare est une unité métrique de zone définie comme 10.000 mètres carrés (100 m par 100 m), et principalement utilisé dans la mesure de la terre.

Huiles essentielles :

On appelle huile essentielle (ou parfois essence végétale) le liquide concentré des composés aromatiques (odoriférants) volatils d'une plante. C’est un produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale botaniquement définie, soit par entraînement par la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, ou par un procédé mécanique approprié sans chauffage.

 

L

----------------------------

Lutte contre le réchauffement climatique :

Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de l'atmosphère, mesuré à l'échelle mondiale et sur plusieurs décennies, et qui traduit une augmentation de la quantité de chaleur de la surface terrestre. Ce réchauffement climatique a pour conséquences :

  • L’évolution de la température
  • L’augmentation des précipitations
  • La fonte de la banquise en Arctique et en Antarctique ainsi que le recul des glaciers de montagnes
  • L’augmentation des phénomènes naturels tels que la désertification, la salinisation, les inondations, les cyclones tropicaux, les séismes et les tsunamis, …
  • Le réchauffement des océans et l’élévation du niveau de la mer
  • Et tant d’autres encore...

Cependant, des mesures ont été proposées aux Etats pour lutter contre ce phénomène de réchauffement climatique :

  • La réduction de l’utilisation des énergies fossiles
  • La réduction de la consommation d’énergie
  • L’augmentation de la production d’énergie via les énergies renouvelables
  • La régulation des émissions d’origine agricole
  • Le développement des transports propres
  • L’aménagement du territoire durable pour maîtriser les besoins de transports
  • L’instauration d’une règlementation contraignante pour les émissions des différentes industries, des automobiles, du transport aérien et maritime
  • L’amélioration de la performance énergétique du secteur du bâtiment aussi bien pour les logements anciens et récents
  • L’instauration d’une taxe carbone, allant dans le principe polllueur-payeur
  • L’extension du marché européen du carbone à d’autres pays, et également d’autres industries
  • Le stockage carbone.
Marchés du carbone :

Tout marché dans lequel se déroulent les transactions commerciales liées aux émissions de carbone, habituellement sous forme d’octroi de droits d’émission du carbone (ou crédits carbone). Il y a deux catégories de marchés de carbone : les marchés volontaires (dans lesquels les objectifs de réduction d’émissions ne sont pas règlementés) et les marchés règlementaires (dans lesquels les droits d’émission ou crédits carbone font l’objet d’échanges satisfaisant aux objectifs règlementaires fixés en matière de réduction d’émissions.

 

P

----------------------------

Paiements pour les services environnementaux (PSE) :

Paiement volontaire effectué par (au moins) un acheteur à (au moins) un fournisseur pour « acheter » un service environnemental (ou l’utilisation d’une terre susceptible de rendre ce service), à la condition expresse que le fournisseur garantisse le service environnemental.

Préservation de l’environnement :

La préservation de l'environnement consiste à prendre des mesures pour limiter ou supprimer l'impact négatif des activités de l'homme sur son environnement.

Au-delà de la simple conservation de la nature, il s'agit de comprendre le fonctionnement systémique, et éventuellement planétaire de l'environnement ; d'identifier les actions humaines qui l'endommagent au point de porter préjudice aux générations actuelles ou futures ; et de mettre en place les actions de correction. Cette action est donc à la fois scientifique, car elle nécessite de développer nos connaissances pour le moment limitées dans ce domaine ; citoyenne, puisque les décisions à prendre ont un coût pour les générations actuelles, et un impact pour les générations futures ; politique, car les décisions à prendre sont forcément collectives et parfois planétaires.

Protocole de Kyoto :

Accord international couvrant la période 1997-2012 pour ralentir le changement climatique. Dans le cadre du protocole, les pays industrialisés ont convenu de ramener leurs émissions collectives de GES à 5,2 pour cent au dessus du niveau de 1990.

Puits de carbone :

Un réservoir qui absorbe ou reprend du carbone libéré par d’autres composants du cycle du carbone, caractérisé par une absorption du carbone supérieure à la libération de celui-ci.

 

R

----------------------------

Reboisement :

Le reboisement est la « conversion directement liée aux activités humaines de terre non forestières en terres forestières par la plantation et/ou la promotion par des activités anthropiques des sources naturelles de graines, sur des terres qui étaient boisées, mais ont été converties en terres non forestières.

Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation de la forêt (REDD) :

Mécanisme pour réduire les émissions mondiales de GES en offrant une incitation financière aux pays luttant contre la déforestation et la dégradation.

REDD+ :

Cadres élargis de REDD, qui incluent la conservation de la forêt ; la gestion durable de la forêt ou l’augmentation des stocks de carbone de la forêt pour encourager une plus grand nombre de participation dans le REDD et pour récompenser les pays qui protègent déjà leurs forêts.

Reforestation :

La reforestation est la reconstitution naturelle ou intentionnelle des forêts existantes et des terres boisées qui ont été épuisés, le plus souvent par la déforestation. La reforestation peut être utilisée pour améliorer la qualité de la vie humaine en absorbant la pollution et la poussière de l'air, reconstruire les habitats naturels et des écosystèmes, atténuer le réchauffement planétaire puisque les forêts de faciliter bio séquestration de dioxyde de carbone atmosphérique, et la récolte des ressources, en particulier du bois.

Renforcement de capacités :

Il s’agit en définitive d’aider les personnes, les institutions et la société à mieux gérer leur développement par elles-mêmes. C’est le processus par lequel les personnes, les organisations et la société dans son ensemble acquièrent, renforcent et perfectionnent les moyens de fixer et d’atteindre leurs propres objectifs de développement à terme. Ils mettent donc en pratique, créent, et adaptent leurs capacités.

Le renforcement des capacités est indispensable pour parvenir à un développement et à une croissance. Il constitue une étape décisive dans la réduction de la dépendance à l’égard de l’aide et dans l’affranchissement progressif de cette aide. Il ne s’agit pas de projets à court terme, mais d’un processus évolutif et de résultats à long terme. Cela suppose un triple soutien, aux personnes, aux institutions et à la société dans son ensemble, qui inclura formation, échange de connaissances, partage des compétences et fourniture de nouveaux matériels et logiciels appuyant le développement. 

 

S

----------------------------

Séquestration de carbone :

Captage et emmagasinage du carbone. Les arbres absorbent du dioxyde de carbone et libèrent de l’oxygène à travers la photosynthèse. Les arbres stockent également du carbone dans leur biomasse.

Sériciculture :

Elevage de vers à soie.

 

W

----------------------------

Women empowerment :

« Empowerment » ou autonomisation se réfère à l'augmentation du spirituel, la force politique, sociale ou économique des individus et des communautés. Il s'agit souvent de la confiance habilité en développement dans leurs propres capacités.

L'autonomisation est sans doute la totalité des fonctionnalités suivantes ou similaires:

  • Avoir le pouvoir de prendre leur propre décision
  • Avoir accès à l'information et aux ressources pour prendre la décision appropriée
  • Avoir une gamme d'options à partir de laquelle vous pouvez faire des choix (et pas seulement oui / non, soit / ou.)
  • Aptitude à exercer l'affirmation de soi dans la prise de décision collective
  • Avoir une pensée positive sur la capacité d'apporter des changements
  • Avoir la capacité d’acquérir des compétences pour améliorer le pouvoir personnel ou d'un groupe de personne.
  • Avoir la possibilité de changer les perceptions des autres par des moyens démocratiques.
  • Impliquer dans le processus de croissance et des changements qui ne se termine jamais et l'auto-initiée
  • Augmenter l’image positive de soi et vaincre la stigmatisation

On parle également de « woman empowerment » ou autonomisation de la femme. Il s’agit pour la femme de :

  • Avoir le sentiment d'estime de soi;
  • Avoir le droit de déterminer ses propres choix;
  • Avoir le droit à avoir accès aux opportunités et aux ressources;
  • Avoir le droit d'avoir le pouvoir de contrôler leurs propres vies, tant au sein qu'à l'extérieur de la maison;
  • Et avoir la capacité à influencer l'orientation du changement social afin de créer un ordre social plus juste et économique, national et international.